Auto-portrait

Nathalie Richard

Nathalie Richard, à travers son autoportrait, nous entraîne dans la confusion des genres. Elle lira pour nous So Long Luise de Céline Minard construisant, avec son talent si particulier, un fil mystérieux entre le corps, les mots et les images.

Une chose se révèle de façon éclatante que ce soit sur l’écran ou sur une scène de théâtre : sa science des mots, cette intelligence profonde du sens des mots alliée à un fort instinct. Elle crée une musique unique, sans fioritures qui paradoxalement en soumettant le texte à sa rigueur permet d’en dévoiler le sens et la poésie. Elle est en dehors de toute convention, elle semble connaître celles qu’elle incarne depuis toujours, ça paraît venir de très loin, d’un fond commun à tous les êtres. Nathalie Richard a, comme le disait Max Brod à propos de Kafka, le cœur gai et l’âme triste.

Marie Vermillard



Courts-métrages

NOTRE DAME DES HORMONES
BODY
CENDRILLON 90
LE PANORAMA

Longs-métrages

LES FRAISE DES BOIS
EAU DOUCE
CONFORT MODERNE
NOTRE ÉTRANGÈRE
LA CONFUSION DES GENRES
À BAS BRUIT
HAUT BAS FRAGILE
LES AMOUREUX