Rencontres & Évènements

Vendredi 13.03 à 20h30

MAC Grande Salle

Projection du film L’Ombre de Staline

En présence de la réalisatrice Agnieszka Holland et des membres des différents jurys du Festival 



Films de la section

L’Ombre de Sta...

Mardi 17.03 à 18h30

« Interpréter, produire, réaliser : les femmes font équipe »

Suivi à 20h30 de la projection du film Birmanie, les coulisses d’une dictature

En résonance avec l’ensemble de la programmation du Festival, ARTE accompagne une table ronde où il sera question aussi bien de la collaboration des équipes dans l’engagement autour de sujets sensibles, que du rôle des femmes cinéastes présentes à tous les postes ; productrices, réalisatrices, interprètes, sur un même film.

Du 3 au 29 mars 2020, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, ARTE porte haut la voix de pionnières et héroïnes, du féminisme des années 1970 à la colère des années #MeToo. Une programmation dédiée aux femmes, qui se décline sur ARTE et sur arte.tv et qui reflète les multiples facettes d’une liberté sans cesse à reconquérir. En privilégiant, cette année, le regard des femmes sur elles-mêmes et sur le monde.

En lien avec la projection de deux films du programme coproduits par ARTE :

– Numéro 387 de Madeleine Leroyer (Compétition Documentaires)

– Birmanie, les coulisses d’une Dictature de K. Stokkendal Poulsen



Films de la section

Birmanie, les coulis...

Mardi 17 mars, 21h

Maison des Arts de Créteil

Impromptus conçus pour le 42éme Festival International de Films de Femmes de Créteil

Karine SAPORTA, artiste associée a notre Festival et qui a composé cette belle image acidulée pour le 42éme Festival, tissera un fil rouge en proposant, au fil de la semaine, des apparitions impromptues sur la Beauté avec ses danseuses, aux costumes en papier découpé d’une grande virtuosité.

Photo © Asya and Dimitry Kozin’s by offer Museum Schloss Doberlug



Dimanche 15.03 mars à 15h30

Maison des Arts de Créteil

LECTURE-SPECTACLE : EMBRASSE-MOI ENCORE

Création originale inspirée du parcours de vie de la femme et artiste Michèle Morgan.

De et avec Miléna WENDT

Mise en scène Colombe BARSACQ

Production Mille & Nous

Avec le soutien de la Cinémathèque Française, CRé Compagnie Rayon d’Ecrits et l’Association Henri LANGLOIS

Michèle Morgan naît le 29 février 1920. 100 ans après sa naissance, Miléna Wendt marche dans ses pas à la recherche de qui elle était. A partir de ses mémoires, des archives de la Cinémathèque Française, de rencontres avec des chercheurs et des films qui ont marqué sa carrière, Miléna et son équipe mènent une enquête restituée sous forme théâtrale.
Tout en ravivant la mémoire du public que Michèle Morgan a touché, quelque chose d’elle et du cinéma de cette époque se transmet aux générations actuelles. Une autre transmission, plus secrète pour l’instant, qui se dévoilera dans la lecture-spectacle, celle de Michèle Morgan à Miléna Wendt : d’actrice à d’actrice et peut-être même, qui sait, de femme à femme…

Après une licence en Etudes Théâtrales et un Master 2 Professionnel en art-thérapie mention dramathérapie, Miléna WENDT intègre en 2013 le Cycle Long de l’Ecole du Jeu où elle se forme comme comédienne. Elle enchaîne les expériences sur des créations variées impliquant à chaque fois un travail d’écriture, d’adaptation, de dramaturgie. Embrasse-moi encore est sa première création à la frontière entre le théâtre et le cinéma.

Après un diplôme d’études en réalisation cinématographique, Colombe BARSACQ se tourne vers le théâtre. Embrasse-moi encore est sa quatrième mise en scène. . Elle y retrouve avec bonheur l’amour des textes et la beauté des femmes pour ce qu’elles ont de puissant et de fragile Auteure-compositeure-interprète, elle sort prochainement un premier album de chanson française, 7ème Ciel, créé à partir de ses textes avec la complicité de Denis Uhalde, compositeur et pianiste.

Photo © Béatrice Cruveiller 



Projections aux 7 Parnassiens

[En avant-première] Lundi 16.03 à 20h : Be Natural de Pamela B. Green

Jeudi 19.03 à 20h : Les Equilibristes de Perrine Michel – en présence de l’équipe du film

Samedi 21.03 à 16h : Remorques – présentation par Jean Montarnal

Dimanche 22.03  : Soirée de clôture | Hommage à Agnès Varda | concert du Cool Train Orchestra, Orchestre Jazz de la RATP



Films de la section

Be Natural – L...
Les Équilibristes
Remorques

Samedi 21 mars à 17h

MAC Grande Salle – Projection et rencontre

En présence des deux réalisateurs : Julie Gayet et Mathieu Busson 



Films de la section

FilmmakErs

Vendredi 20.02 à 19h

MAC Grande Salle

En présence des jurys



Films de la section

Outrage

Samedi 21.03 à 16h

Maison des Arts de Créteil

Le Festival International de Films de Femmes s’est inscrit dans la durée grâce à la solidarité de ses partenaires et à la fidélité de son public. Il doit sa continuité, son renouvellement et son rayonnement national et international aux efforts et aux dons multiples de sa direction et de ses équipes successives. Il les doit aussi à l’intérêt qu’il a suscité, dès sa naissance, dans le mouvement des femmes. Car, grâce au septième et aux talents des réalisatrices, des féministes engagées ont trouvé, dans les films sélectionnés, de multiples échos à leurs luttes et à leurs préoccupations. Comment peut-on les oublier alors qu’elles viennent depuis quarante-deux ans s’enrichir du Festival et l’enrichir de leurs réflexions, fruits de leurs expériences et de leur engagement ?

Lorsque le Festival International de Films de Femmes est né fin des années 70, le mouvement des femmes était en pleine effervescence. Des militantes féministes engagées dans le milieu associatif ou dans la recherche en ont fait très rapidement un lieu de rencontre privilégié. Elles retrouvaient sur les écrans les œuvres de réalisatrices talentueuses qui évoquaient presque tous les thèmes traités dans les grandes rencontres, les séminaires et les colloques qu’elles organisaient ou fréquentaient.

Qu’il s’agisse de la prostitution (Le Miroir brisé de Marleen Gorris (Pays-Bas 1984 ), de l’inceste ( Le Village du péché d’Olga Préobrazhenskaya (Russie, 1927), du viol (Outrage de Ida Lupino en 1950 et L’Amour violé de Yannik Bellon, 1978), de la violence conjugale (Ne dis rien de Iciar Bollain (Espagne, 2004), du harcèlement sexuel au travail (Business as Usual de Lezli-An Barrett avec Glenda Jackson (GB, 1989). Ces films venaient souvent s’inscrire dans l’actualité des revendications et de la réflexion féministe.

Les militantes féministes savent que le chemin à parcourir est encore long, que les acquis sont fragiles et que les régressions nous guettent immanquablement. Elles sont cependant convaincues que la relève existe et que des jeunes générations de femmes se soulèvent aujourd’hui pour rejeter les violences, les injustices et les discriminations qu’elles subissent dans le milieu du cinéma (l’affaire Harvey Weinstein), dans le milieu de la télévision (l’affaire Fox News et le maître des lieux Roger Ailes) et dans le milieu de la littérature (l’affaire Matzneff).

N’est-il pas normal que Le Festival International de Films de Femmes de Créteil tienne à honorer ces féministes de la première heure qui ont inscrit leurs luttes dans la continuité, la fidélité et la solidarité ? Ainsi rend-il hommage à Anne le Gall qui nous a quittés l’année dernière après avoir fréquenté le Festival depuis ses débuts. Sa présence attentive, son regard vif, sa voix profonde, ses interventions vibrantes, ses remarques subtiles, son humour intarissable, ses silences éloquents et son féminisme intransigeant continuent à nous soutenir dans notre résistance.

Ghaïss Jasser



Dimanche 22.03 à 18h

7 Parnassiens

Hommage à Agnès Varda

Chère Agnès,
Nous venons cette année aux 7 Parnassiens dans ton quartier te rendre hommage à travers la Leçon de cinéma que tu nous avais donnée en 1998.
Tu avais dit alors : « je n’aime pas donner des leçons, pose moi des questions. » Et alors que je te demandais de nous raconter comment tout avait commencé pour toi au cinéma, pendant 1h30, tu nous as emmenés dans le tourbillon de ta vie et de tes films.
Une leçon non pas magistrale, mais une invitation à la liberté, à la fantaisie, à l’accueil des imprévus et des surprises, au fil des rencontres. Ce jour-là, une auditrice attentive assistait à ta leçon, Helma Sanders Brahms…. C’est pourquoi aujourd’hui cette archive nous est précieuse, elle atteste de ton engagement précoce.

« Ce que le Festival de Creteil annonce comme une Leçon de cinéma n’est qu’une conférence à bâtons rompus sur le métier que nous prati- quons, sur l’éventuelle
inspiration qui nous guide. »
Agnès Varda, 1999

Photo © Brigitte Pougeoise

 

Orchestre Jazz RATP

Le Cool Train Orchestra, Orchestre Jazz de la RATP composé d’amateurs chevronnés et dirigé par Dominique , est heureux de participer à la cérémonie de clôture du Festival de Films de Femmes de Créteil, dans le cadre d’une soirée en hommage à la célèbre cinéaste Agnès Varda. À cette occasion, l’orchestre jouera un répertoire de standards du jazz et interprétera des morceaux en hommage à Mme Varda. Au répertoire : Cléo de 5 à 7, l’Une chante, l’autre pas…

Photo © Francesco Gattoni