Édition 2011

Palmarès

Mention Spéciale, Prix du public
AS IF I AM NOT THERE
Prix du Jury « Graine de Cinéphage », Prix du Public – Meilleur long métrage fiction
LOU
Grand prix du jury
MISSING MAN
Prix du public, Meilleur long métrage documentaire
AGNUS DEI
Prix du jury AFJ (LMD)
GOODNIGHT NOBODY
Mention spéciale Jury AFJ
SONGS FROM THE NICKEL
Prix Canal + meilleur court métrage
CHACUN SON GOÛT
Prix du public, Meilleur court métrage français
L’INVENTION DES JOURS HEUREUX
Mention spéciale du jury de Paris XII
(THE IMPORTANCE OF) HAIR
PRIX BEAUMARCHAIS du Meilleur court métrage francophone
AU MILIEU DE NULLE PART AILLEURS
Prix du public, Prix du jury de l’université Paris XII, Meilleur court métrage étranger
LITTLE CHILDREN, BIG WORDS

Compétitions

Longs-métrages de fiction

Missing Man
As If I Am…
Escalade
Characters
Break My Fall
Crossing The Mountain
Inside America

Longs-métrages documentaires

Agnus Dei
Ami, Entends-Tu
Songs From The Nickel
Goodnight Nobody
My Perestroika
The Hangman
9 Lives

Courts-métrages

Chacun Son Goût
J’étais Une Enfant De…
Like Love
Into The Middle Of…
Thermes
Los Minutos, Las Horas
… Un Ange Passe
O’moro
Dígame
L’invention Des Jours Heureux

Graines de cinéphages

Lou
Las Buenas Hierbas
Letters From The Desert…
Cape Town Soup
Io, La Mia Famiglia…

Jurys

Compétition Fiction

Prune Engler :

Collaboratrice à des titres divers du Festival International du Film de La Rochelle depuis 1977, Prune Engler en est, depuis 2002, la Déléguée Générale. Elle participe depuis 1985, à diverses commissions des aides sélectives du CNC. Membre en 2006 du jury du Festival d’Istanbul, en 2008 de ceux de Riga et de Fribourg, vice-présidente du Prix de l’Education Nationale au Festival de Cannes et, en 2009 de ceux de Trieste et de Rouen. Les salles de cinéma sont les lieux qu’elle préfère habiter.

Laura Koeppel :

Formée dans les salles indépendantes et Art et Essais, Laura Koeppel a fait à peu près tous les métiers qu’on trouve dans une salle de cinéma, projection, direction, animation de séances. Elle a travaillé deux ans avec Claude Lanzmann sur l’édition de ses films en DVD. Tout en poursuivant son métier de projectionniste, elle est l’assistante du directeur des Rencontres Henri Langlois, Festival International des Écoles de Cinéma, et anime depuis huit ans un ciné-club hebdomadaire.

Claudine Nougaret :

Claudine Nougaret a débuté dans le cinéma en étant assistante son sur des longs métrages. En signant seule le son direct du film d’Eric Rohmer Le Rayon vert, elle fut la première femme Française chef opératrice du son. Elle vit et travaille avec Raymond Depardon. Ils ont tourné ensemble plus de dix films. En fondant la société de production:

Palmeraie et désert en 1992, elle est devenue productrice. En ce moment, ils coréalisent le film Journal de France qu’elle produit pour l’année 2012.

Vincent Paul-Boncour :

Vincent Paul-Boncour a découvert sa passion du cinéma à travers les rééditions. Son goût de la découverte le pousse vers la distribution de films et en créant la société Carlotta Films, spécialisée dans la ressortie en salles de classiques. Les prolongements logiques seront l’édition de DVD de prestige, et la naissance d’une seconde société de distribution, Bodega Films. Il vient d’acquérir Le Latina, à Paris, rebaptisé Le Nouveau Latina, et poursuit ce travail de défricheur.

Compétition Documentaire

Jean-Louis Gonnet :

Après une école de photographie professionnelle, Jean-Louis Gonnet rejoint l’école des beaux-arts d’Orléans. Parallèlement à une activité de réalisateur de magazine pour ARTE (Métropolis, Dessous des cartes, soirée Théma) il réalise plusieurs courts-métrages de fiction et documentaire notamment Comme un seul homme, primé à de nombreuses  reprises en festival. Il collabore avec la Compagnie de théâtre Merlin et prépare un  nouveau film intitulé À la recherche du pilier droit.

Agnès Mouchel :

Agnès Mouchel est chef monteuse depuis 1980. Après un parcours atypique qui débute dans le milieu publicitaire, elle rencontre Laurent Boutonnat avec qui elle travaille  pendant une dizaine d’années notamment sur les clips de Mylène Farmer. Parallèlement, elle intègre le milieu du documentaire et du long métrage. En 81, elle travaille avec Jean Painlevé. D’autres rencontres suivront : Danielle Arbid, Claude Duty, avec qui elle  travaille depuis 1984 et Chantal Richard.

Chantal Richard :

Diplômée de l’Idhec, réalisatrice, Chantal Richard a reçu pour son film Charles Péguy au lavomatic, le Prix du jury et le Prix du public au Festival de Créteil en 1997. En 2005, elle a signé un premier long métrage de fiction, Lili et le Baobab, tourné en Afrique. En 2009, pour Au nom des trois couleurs, elle s’est s’installée sur l’île Europa, petite île au coeur de l’océan indien, et a suivi de jeunes soldats de l’armée française qui s’y relaient pour  l’entretenir. Étonnant.

Michèle Soulignac :

Michèle Soulignac a débuté en 1989 comme assistante parlementaire au Parlement Européen. Elle s’est occupée de dossiers autour de la politique du cinéma et de  l’audiovisuel. En 1995, elle devient Déléguée générale de la SRF. Fin 2004, elle prend la direction de Périphérie, association active dans le champs de l’aide à la création et à la diffusion du cinéma documentaire. De 2005 à 2010, elle a été membre de la commission documentaire du Pôle Image Haute-Normandie.

Julio Feo Zarandieta :

Julio Feo Zarandieta, journaliste à RFI et critique de cinéma, présente depuis 1980 un programme hebdomadaire de cinéma en langue espagnole. Il est membre du Syndicat Français de la Critique et membre de la Fipresci (Fédération de la critique internationale) et participe à ce titre à divers festivals de cinéma internationaux. Actuellement, il  collabore avec le Festival de Saint Sébastien et anime la section « Horizontes Latinos », dédié au cinéma latino-américain.

Au Sud de l'Europe

Espagne

Des cinéastes au bord de la crise de nerfs… Un cinéma qui s’attaque à la transcendance du quotidien et qui se manifeste par des  oeuvres de créations fortes et originales pleines d’humour et de poésie.

Nedar
Dolce Di Limbo
Okupas
Grenade, 30 Ans Après
Le Crime De Cuenca…
Los Nietos (Quand L’espagne…
La Femme De L’anarchiste
La Buena Nueva
Formol
Calidoscopi. 41,2ºN – 1,8ºE

Grèce et Balkans

Des cinéastes au bord de la crise de nerfs… Un cinéma qui s’attaque à la transcendance du quotidien et qui se manifeste par des  oeuvres de créations fortes et originales pleines d’humour et de poésie.

Crying While Being Killed…
Attenberg
Bathers (Louomenoi)
Le Choix De Luna…
Birds In The Mire
Belgrade Bound
Exile Island (Makronissos)
Some Others Stories
Srebrenica 360

Italie

Des cinéastes au bord de la crise de nerfs… Un cinéma qui s’attaque à la transcendance du quotidien et qui se manifeste par des  oeuvres de créations fortes et originales pleines d’humour et de poésie.

La Pivellina
Il Mondo Capovolto
Dreaming By Numbers
Viola Di Mare
Fondamenta Delle Convertite
Biùtiful Cauntri
Solo Questo Mare
Cosmonauta
J’attends Une Femme
Le White

Portugal

Des cinéastes au bord de la crise de nerfs… Un cinéma qui s’attaque à la transcendance du quotidien et qui se manifeste par des  oeuvres de créations fortes et originales pleines d’humour et de poésie.

48
Avó (Muidumbe)
Parte De Mim
Nocturnos
Gateiras
Les Mutants (Os Mutantes)
Comboio
Lisboa Dentro
Deux Frères, Ma Sœur
Gentes Do Mar

Hommage à Suso Cecchi D'Amico

Nuits Blanches

Evènements

Débats et Forums

Depuis sa création, le Festival International de Films de Femmes ne cesse de s’interroger sur le monde et l’actualité. Au sein même de notre programmation, nous mettons en

place des rencontres sur des thèmes transversaux qui permettent à toutes les disciplines de se rencontrer. Véritable lieu de rencontre entre les savoirs, ces rencontres sont  conçues, pour croiser, débattre, chahuter nos habitudes. Le public est moteur de nos rencontres, avec lui, avec vous, nous essayons de bouleverser l’ordre établi, de comprendre le fonctionnement des êtres et des choses. Cette année, l’Europe sera au centre de nos préoccupations.

TABLE RONDE : French Touch

Autour de la rentrée cinématographique qui a vu se multiplier la sortie des premiers films de jeunes réalisatrices françaises.

Projections : Le Deuxième cinéma de Jonathan Broda, Belleville Tokyo d’Elise Girard, en présence du réalisateur et de la réalisatrice

Samedi 26 mars à partir de 14h00

FORUMS : Information participative

Le journalisme engagé est-il soluble dans le marketing viral? »

Projections : La rue est à eux de Isabelle Regnier, en présence de la réalisatrice

Samedi 26 mars à partir de 16h30

MASTER CLASS avec Cecilia Mangini

Une occasion unique de rencontrer la première documentariste italienne de l’après-guerre autour de son oeuvre. Quatre de ses courts métrages seront projetés : Stendali, Essere

donne, Maria e i giorni, Felice Natale

Dimanche 27 mars à 16h30

Au Sud de l’Europe

Des cinéastes au bord de la crise de nerfs…

Un cinéma qui s’attaque à la transcendance du quotidien et qui se manifeste par des  oeuvres de créations fortes et originales pleines d’humour et de poésie.

Films de la programmation « au sud de l’Europe »

Forum avec la participation des réalisatrices présentes

Lundi 28 mars, à partir de 16h30

Lecture de scénario

En partenariat avec l’association Beaumarchais-SACD, l’actrice Nanou Garcia, fabuleuse en fille d’exilé politique espagnol dans Annie de Francia de Christophe Le Masne fera une lecture des scénarios « Après » de Sophie Laly et « Jean-Jacques » de Delphine Deloget. Les deux scénarios sont lauréats de la bourse d’aide à l’écriture (janvier 2011) de l’association Beaumarchais

Lundi 28 mars à 19h.

On veut des roses aussi…

État des lieux du mouvement féministe en Europe du sud

Dans ce Forum, nous aborderons les spécificités du féminisme européen, son historique, ses grands moments et sa répercussion politique.

Projections : Dalla testa ai piedi de Simone Cangelosi et Vogliamo anche le rose de Aline Marazzi, en présence de la réalisatrice.

Mardi 29 mars, à partir de 14h

Le temps suspendu…

Avec l’association Les Arts et les Autres

Sous l’égide de la Fondation de France

« Le châtiment est passé d’un art des sensations insupportables à une économie des droits suspendus » Michel Foucault

Projection : Fondamenta delle convertite de Penelope Bortoluzzi

Mercredi 30 mars à partir de 16h30

Urban System !

On estime qu’en France environ 3 millions de personnes souffrent actuellement de « mal logement », voire d’absence de logement. La situation est pratiquement la même dans toute l’Europe, comme en témoignent plusieurs très beaux films de la section « au sud de l’Europe »

Projection : Okupas de Emma Fernandez, en présence de la réalisatrice

Jeudi 31 mars, à partir de 15h00

Une autre vie

En collaboration avec ACSE / Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

Projections : Vidéo 1mn et Les Roses noires de Hélène Milano, en présence des réalisatrices

Samedi 2 avril, à partir de 14h

French Touch

Samedi 26 mars à 14h :

Documentaire de Jonathan Broda, suivi de Belleville Tokyo en avant-première

Les réalisatrices françaises font leur cinéma

La rentrée cinématographique a vu se multiplier la sortie des premiers films de jeunes réalisatrices françaises, signe que le désir des femmes de faire des images a gagné sur celui d’être seulement

regardées. Toute émancipation se gagne aussi sur soi-même et avant tout sur ses propres tabous et ses autocensures. On assiste donc non seulement à la vitalité d’un cinéma “de filles”, à un cinéma qui « changerait de sexe » mais à une révolution du regard sur l’autre et à une redistribution des rôles. Il s’agit toujours pour notre Festival d’accompagner un phénomène à la fois artistique et sociologique. Cette 33éme édition sera bousculée par cette irruption.

Au programme 1 séance et une table ronde.

Le deuxième cinéma de Jonathan BRODA

France | 2010 | 56 mn

Quels sont les femmes qui ont pu faire (écrire ou réaliser) des films qui ont changé le regard sur les femmes tout au long du XXème siècle. Ce film tente de présenter une autre Histoire du cinéma qui prend en compte les problématiques du genre, du statut des femmes, de la lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Avec la participation de : Solveig Anspach, Jackie Buet, Maïwenn, Tonie Marshall, Agnès Varda …

Belleville Tokyo de Elise Girard

France | 2010 | 1h13

Un couple se dirige vers un train en partance pour Venise. Sur le quai, Julien annonce à Marie qu’il part en rejoindre une autre et s’en va, la laissant seule à Paris, enceinte. Bouleversée, Marie trouve du réconfort dans son travail auprès de ses deux « cow-boys » de patrons, Jean-Jacques et Jean-Loup, qui dirigent un cinéma du quartier latin spécialisé dans les films classiques américains.

Samedi 26 mars à 16h30:

la table ronde french touch

En collaboration avec Anne Tudoret (CNC), chargée des structures d’aide et de soutien au développement des scénarios de cinéma, de télévision ou de multimédia. En présence de : Elise Girard, réalisatrice, Valérie Donzelli, réalisatrice et comédienne, Anne Villacèque, réalisatrice, Maria de Medeiros, réalisatrice et comédienne.

­Animée par  Cathy Bernheim, journaliste et Jackie Buet, directrice du Festival.

 

Expositions

  • L’EMPIRE DE L’IMAGE Cecilia Mangini photographe, 1952-1965

L’exposition, pensée en étroit lien avec la production cinématographique de Cecilia Mangini, dont elle partage souvent les sujets, présente une sélection d’environ 60 photos réalisées entre 1952 et 1965 dans le signe d’un réalisme uni à l’engagement social. On commence par les carrières de pierre ponce de Lipari (îles Eoliennes), puis viennent les banlieues de Milan, le Florence des romans de Vasco Pratolini et les travailleurs du Val d’Arno (Toscane) et finalement le reportage du Vietnam, l’expérience photographique la plus mure de Mangini.

Projet et organisation : Errata Corrige, Nododocfest Trieste

En collaboration avec : Archivio Cinema del Reale, Mediateca Provinciale di Gorizia

Vernissage dimanche 27 mars 15h30

  • UNE NOUVELLE VIE POUR LES MAUDITES de Livia Saavedra

Des femmes ont livré leurs histoires, ont montré leurs visages pour parler de la malédiction avec laquelle elles vivent parfois depuis plus de 20 ans. Elles vivent dans des régions reculées, à une journée de marche d’un centre de santé à l’équipement rudimentaire. Comment, dans ces conditions, avoir accès aux soins nécessaires quand un accouchement se passe mal ? Pour une femme qui meurt lors de son accouchement, vingt autres subiront des complications dont le problème des fistules obstétricales qui les laisse incontinentes après l’accouchement. À Gondar, dans le Nord de l’Ethiopie, se trouve un centre de traitement des fistules. Une première fenêtre ouverte pour Dasah, Yajebnesh ou Agenash.

Vernissage mardi 29 mars 18h

  • LUDWIG AD L… Exposition photographique de Karine Saporta

Invitée en résidence à l’Institut français de Munich durant l’été 2007, Karine Saporta a réalisé une série photographique mettant en scène des personnages de fiction inspirés par la figure et le climat « décadent » de la cour du roi Ludwig de Bavière. Cette nouvelle oeuvre confirme un style déjà évident à travers ses quatre précédentes expositions personnelles (produites par les Galeries Photos FNAC). Lequel se fonde sur un goût de la mise en lumière, propre à exalter le corps des hommes et des femmes à travers des visions chavirantes…

Vernissage samedi 26 mars 18h

 

Débat Acsé

« les Roses Noires » de Hélène Milano

Samedi 2 avril à 14h30, à la MAC

Séance suivie d’un débat avec la réalisatrice, en partenariat avec l’Acsé.

Les roses noires de Hélène Milano

FRANCE

2010 | documentaire | 53mn

HD Cam | couleur

Des adolescentes âgées de 13 à 18 ans qui vivent en banlieue ont la parole. Elles parlent de leur langue maternelle, de la langue de la cité, de l’école, de leurs difficultés face au langage normé. Elles expriment leurs contradictions, elles revendiquent leur particularité et l’attachement à l’identité d’un groupe. Traversant la mutation de l’adolescence, c’est la construction fragile de leur vie de femme qu’elles protègent et inventent.

Teenage girls between 13 and 18 years old and who live in the suburbs have the floor.  They talk about their mother tongue, the street language and that school of their  difficulties with standard french. They express their contradictions; they justify their distinctiveness and their attachment to a group’s identity. Moving through the changes of adolescence, they protect and invent the fragile construction of their lives as women.

 

Catherine Corringer et Virginie Despentes

Rencontre Catherine Corringer et Virginie Despentes

Ce programme réunit deux artistes underground, féministes travaillant sur la question du genre.

Samedi 2 avril

Rencontre Catherine Corringer et Virginie Despentes

  • à 20h30 Performance
  • à 21h30 de la projection Mutantes de Virginie Despentes
  • Et à 23h débat : Du féminisme des années 70 à l’avènement du mouvement queer

SCUM / PERFORMANCE DE CATHERINE CORRINGER (40MN)

Performance live d’après et avec le texte féministe culte Scum Manifesto de Valérie Solanas (1967). Sortant d’un ordinateur, la voix de Catherine Corringer, déformée, presque enfantine, métallique, laisse entendre, avec un débit rapide et ponctué de rires, le manifeste radical de Valérie Solanas prônant l’élimination des hommes et des femmes soutenant les hommes, les « Daddy’s Girls », au profit de l’avènement d’une nouvelle humanité, féminine et mutante : les SCUM. Pendant que la voix métallique, aigüe, résonne, semblant venir d’un futur déjà marqué par la disparition de la race humaine, Catherine Corringer, lentement, orne son corps frêle et pâle de jouets en plastique, qu’elle accroche à des hameçons plantés dans sa peau. Une poupée Barbie ligotée, symbole des femmes qui collaborent. La guerre d’occupation qui se déroule sur le corps de Catherine Corringer, ponctuée d’humour, nous fait éprouver le poids lourd et douloureux de nos entraves, jusqu’à la libération sauvage et salvatrice…

MUTANTES (FÉMINISME PORNO PUNK) DE VIRGINIE DESPENTES

France | 2009 | documentaire | 1h30

Beta | couleur | vostf

Constituées d’une série d’entretiens réalisés aux États-Unis, à Paris ou à Barcelone auprès d’artistes, théoriciennes, activistes queer, et de documents d’archives autour de l’action politique des travailleuses sexuelles et de performances d’un nouveau genre, Mutantes dessine les contours d’un féminisme, dont on a peu parlé en France, qui revendique une liberté sexuelle totale, à l’instar du mouvement féministe “pro-sexe” né dans les années 80 aux Etats-Unis L’écrivain Virginie Despentes (Baise-moi, King Kong théorie), nous plonge dans une quête initiatique troublante et captivante avec les mots ou les images de celles qui ont inspiré son travail et qui investissent aujourd’hui des domaines qui lui sont proches : d’Annie Sprinkle à Catherine Breillat ou Lydia Lunch en passant par Post Op ou Maria Llopis, les propos de Mutantes tranchent définitivement avec le discours ambiant, “qui voudrait que le sexe ne soit jamais aussi bien pratiqué que dans la chambre, que la dignité des femmes dépende toujours de leur sagesse et passivité, et que les seuls thèmes féministes à débattre soient le port du voile et la violence de genre. »

 

Nuit à la frontière des genres

Lundi 28 mars à 21h

Regards d’auteurs sur les archives de l’histoire

En collaboration avec l’Ina

*1ère partie : “Regards de femme sur les mouvements du monde dans les archives de l’Ina”

L’Ina a proposé à la scénariste Colo Tavernier de sélectionner des programmes d’archives sur un thème de son choix et de les commenter. Elle a choisi de replonger dans les archives des Actualités Françaises autour de la représentation de la figure de Pétain pendant l’occupation. Une invitation à porter un regard personnel et nouveau sur les mouvements du monde, plus libre que celui qui serait guidé par la recherche historique. Le public est invité à voir ces archives, à entendre le texte écrit par Colo Tavernier et lu par Claire Ruppli (comédienne) et à débattre.

*2ème partie : La Niebla en las Palmeras de Lola Salvador et Carlos Molinero

Espagne | 2005 | documentaire | 1h27

Les fragments de la biographie de Santiago Bergson, physicien, photographe et aventurier, construisent le récit d’un siècle en guerre qui s’arrête sur les événements marquants de sa vie. Un film sur l’utilité et les valeurs de l’image qui, en s’appuyant sur la physique quantique, se penche sur la manipulation de la mémoire et de l’histoire, et pose la question : À quoi sert une image si ce n’est pas pour sauver la vie d’un homme ?

A physicist, a photographer, an adventurer…The biographical flashes of Santiago Bergson record a century at war, focusing on the events that marked his life. A film about the purposes and values of images that, based in quantum physics, deals with the manipulation of memory and history, poring the question: What good is an image for, if it cannot save a man’s life? One man, three graves. An absence.