Deux boîtes oubliées – Un voyage au Vietnam

Due Scatole Dimenticate – un viaggio in Vietnam
Hommage à Cecilia Mangini

Édition

2021

Réalisation

Cecilia Mangini et Paolo Pisanelli

Synopsis

Avant de devenir critique de cinéma, puis réalisatrice principalement de documentaires très engagés, généralement en tandem avec son mari Lino Del Fra, Cecilia Mangini était photographe. En 1965, Cecilia et Lino partent au Vietnam, déchiré par la guerre, pour effectuer des repérages en vue du tournage d’un documentaire qu’ils ne réaliseront jamais. Plus d’un demi-siècle plus tard, Cecilia revient sur les photos prises à l’époque, souvent en cachette, émouvantes et immobiles, dont certaines qu’elle retrouve par hasard. Avec la collaboration de Paolo Pisanelli, de ces retrouvailles elle fait un documentaire : Deux boîtes oubliées (Due scatole dimenticate). Ce film est bien plus qu’un retour à un projet inachevé. Cecilia en profite pour revenir sur sa vie et sur ses choix, sur la façon dont le monde a changé au cours de ses près de cent ans sur terre…

Before becoming a film critic, then a maker mainly of sharply engaged documentaries, usually in tandem with her late husband Lino Del Fra, Cécilia Mangini was a photographer. Taking pictures was something she did all her life, alongside whatever else she was working on. In 1965 Mangini and Del Fra went to war-torn Vietnam to make a film they never finished. More than half a century later, she returned to these images, moving and still, some of which she found again by accident.[…]

But Due scatole dimenticate is much more than a return to unfinished business : Mangini takers the opportunity to look back at her life and the choices she made, how the world has changed during her near on hundred years on earth.

« Ce beau film rend hommage à Cécilia, à son talent de photographe, à sa grâce car déjà âgée, elle reste une femme d’un grande intensité et d’une belle énergie. Ce qui perce dans ce portrait très chaleureux et vivant, où se mêlent les propos de la grande dame et la perception poétique et dynamique de Paolo, c’est bien sûr son extrême intelligence et sa manière de tout voir, tout regarder, tout prendre en compte : les enfants, les jeunes soldats, les femmes… Elle nous rend concret le climat politique autour de ce conflit majeur au Vietnam pris sous les bombes américaines après avoir subies celles de la France. Un peuple en armes, un peuple qui résiste. Un peuple pris en otage. C’est une époque de grandes tensions idéologiques entre les super puissances et leur terrain de guerre se déplace chez d’autres peuples. On le comprend très bien : cet affrontement russo-américain. Même si Cécilia est une solide anarco-communiste, la caméra de Paolo ne rate pas les références à Staline, à Lénine et autres hommes forts de l’empire soviétique.
Héritage : il y en a beaucoup dans cette visite des souvenirs de Cécilia qui nous ouvre son appartement où siège la mémoire des luttes du peuple vietnamien. C’est un film d’Histoire et c’est l’histoire d’un film que Cécilia et son mari n’ont jamais pu tourner sur place en 1964, malgré leur demande express à Ho Chi Minh.
À la différence de Joris Ivens et Marceline Loridan qui eux ont tourné en 1968 Le 17ème Parallèle. »
Jackie Buet

Photo DR

Rencontre Zoom avec Paolo Pisanelli

> Paroles de réalisatrices

Bande-annonce

Informations concernant le film

Détails

Année 2020
Pays Italie
Durée 58min
Scénario Cecilia Mangini et Paolo Pisanelli
Images Paolo Pisanelli
Musique Admir Shkurtaj
Montage Matteo Gherardini
Production OfficinaVisioni